PQF déplore que les libéraux et les caquistes laissent tomber le gouvernement devant la nécessité de bonifier la Charte de la langue française.

Montréal, 30 août 2013 ─ Hier, la Première Ministre a exprimé ses craintes quant à un éventuel échec de la refonte du projet de la loi 14, face aux interventions de la CAQ à ce sujet.

PQF déplore que les libéraux tournent complètement le dos au projet de loi et que la CAQ ait travaillé à son édulcoration maximale au lieu de mettre en place les conditions pour sa bonification. Devant l’urgence d’agir, le statu quo imposé par le PLQ et la CAQ en matière linguistique est inacceptable.

Pour inverser la tendance, le gouvernement devra effectuer une réforme majeure de la Charte de la langue française. Cependant, la responsabilité ne revient pas uniquement aux élus québécois. Les organismes de la société civile doivent participer à l’effort.

Plusieurs des recommandations contenues dans la plateforme de PQF se retrouvaient dans le projet de loi 14, soutenu en commission parlementaire par les partenaires le printemps dernier. PQF envisage de combattre le bilinguisme institutionnel pour redonner une vigueur maximale au français comme langue de travail. Il entend mettre en œuvre un plan d’action qui vise la pédagogie de la question linguistique, afin de stimuler le débat, mais surtout mobiliser la population québécoise autour de cet enjeu vital pour le Québec et pour la biodiversité des langues dans le monde.

Advertisements